lundi 12 décembre 2016

Lettres à l'attention du Docteur Louis Ferdinand Cyril


                   "Je n'ai pas toujours pratiqué la médecine, cette merde." 

     S'il y a un domaine où mes congénères ne me surprennent guère, c'est bien dans leur capacité à tomber toujours plus bas...D'abord soldat en déroute puis gratte papier-cul, voila désormais mon vieux camarade de boisson, rouge et vert de foie contraint de consulter une des plus viles profession, le morticole à crécelle ou l'art de jeter à la gueule des gens des noms gréco-latins à 300 francs la ligne.  

-Docteur, vous serez satisfait d'apprendre que les médicaments que vous m'avez prescrits en juillet 2016 ont fait leur effet. Je souffrais rappelez-vous, d'un faux plat ventral intempestif pouvant engendrer une maigreur et un déplacement définitif du centre de gravité. Même si le lendemain de ma visite chez vous des effets indésirables passagers sont apparus ; inflammation capillaire de la partie frontale gauche accompagnée d'un léger décollement du bulbe, je dois admettre qu'asteure votre remède m'a bien guéri. J'ai désormais récupéré ma stabilité initiale. Mon corps ressemble à nouveau à une bouée et dans moins d'un mois, j'aurai retrouvé la tête de canard qui va avec. Veuillez trouver ci-dessous, la photo montrant que je poursuis le traitement avec sérieux. Je vous prie d'agréer, Docteur, l'expression de mes salutations, etc... 


-Cher docteur Louis Ferdinand Cyril,
Je viens par cette missive, vous présenter mes excuses pour mon absence lors du rendez-vous médical que vous aviez fixé début octobre. Croyez bien que je serai venu de bon cœur si la vie ne m’était pas tombée sur la gueule avec la frénésie dévastatrice du bulldozer. Il me fallait pourtant renouveler mon ordonnance pour poursuivre mon traitement médical. Et, votre maîtrise des sciences gastrosophiques m’aurait été bien sûr d’un grand secours. Mais, une cachéxie de type III plus connu sous le nom Latin de « Poildanslamimine », m’a cloué au lit. J’étais comme anéanti ! J’ai aussi dû me rendre en Vendômie. Ce fut un long voyage au cours duquel je suis passé par la bourgade de Thésée (le même qu’a tué le minotaure, ça ne s’invente pas...) , où un pharmacien de campagne de vos confrères a bien voulu me dépanner en médicaments. Je vais mieux ! Et ce ne sera pas pour vous déplaire, si je vous annonce que je me suis même fichu un coup de « surin », façon seppuku ! Je vous prie d'agréer, Docteur, l'expression de mes salutations.



-Cher docteur Louis Ferdinand Cyril,
En convalescence depuis maintenant deux ou trois mois, je reviens vers vous pour quelques conseils. En effet, les dernières analyses ne sont pas bonnes ! Comme vous avez sûrement pu le constater sur les bilans reçus par mail, le taux de ferritine présent dans mon raisiné dépasse largement la limite ! Malin comme je pense l’être, j’ai réagi immédiatement en supprimant tous les aliments contenant du fer. J’ai notamment décidé d’ouvrir systématiquement toutes les boîtes d’épinard avant de les manger…Et je souhaite continuer dans cette voie. L’approche du salon des vins naturel de St Julien l’ars début décembre sera l’occasion d’un achat groupé de médicaments « blancs non-ferreux ». Je pense au domaine Giacchino et Meyer. Mais, ma connaissance en pharmacologie est limitée ! Et, les fêtes de noël approchent dangereusement ! Les repas risquent de se suivre et de se ressembler… Il me faut aller vite ! Je ne souhaite pas affronter ces attaques métalliques sans entraînements préalables… Dites-moi je vous prie, vers quels médocs me tourner pour soigner mon envie de rillettes maison. 

Veuillez recevoir, Docteur, mes salutations et caetera…


        
            Cher malade, très cher malade. Tout d'abord, merci pour les 300 francs glissés dans l'enveloppe. Vous en aurez pour votre argent: 
Ne vous tournez sous aucun prétexte vers un quelconque médoc et encore moins vers un grand cru classé. Méfiez-vous du ritalien, aux effets assez fourbes bien que parfois recommandable en cas de désordre persistant, octroyez-vous quelques goulées de rislingue mais seulement le meyer d'entre eux. Forcez sur la Loire, surtout l'Anjou déclassé et que les dieux du toboggan soient avec vous...




Enregistrer un commentaire